Lycée du Haut-Barr

- 67700 Saverne -

Photo N. 1 : Les TG1 et les THLP, avec leurs accompagnatrices, Mme Claire Le Van, Mme Laura Cousandier, Mme Caroline Freys-Autret, Mme Morgane Montembault, et Mme Marie-Laure Jundt, sur les escaliers du Jardin des Quatre-Colonnes du Palais Bourbon. Ils ont pu visiter l’Assemblée nationale grâce à l’invitation de M. Patrick Hetzel, député de circonscription.


Après deux reports consécutifs en raison des restrictions sanitaires, le projet de sortie sur une journée à Paris, en récompense du très bel engagement des lycéens du Haut-Barr dans les projets pédagogiques Unesco, a pu avoir lieu ce printemps. Cette journée organisée par Mme Claire Le Van, enseignante de philosophie et référente Unesco de l’établissement, aidée par ses collègues Mme Laura Cousandier, enseignante en sciences physiques, Mme Caroline Freys-Autret, enseignante d’histoire et géographie, et Mme Morgane Montembault, gestionnaire du lycée, s’est effectuée en partenariat avec la Société des membres de la Légion d’honneur (SMLH), si bien que Mme Marie-Laure Jundt, présidente du comité d’Alsace du Nord, a été également accompagnatrice de la sortie.


Il s’agissait pour les TG1 et THLP de découvrir tout d’abord l’Assemblée Nationale en présence du député M. Patrick Hetzel, pour en particulier se rendre dans le grand hémicycle où Simone Veil, à la tribune, a prononcé son fameux discours en faveur de la dépénalisation de l’IVG en 1974. Le deuxième temps fort de la journée était consacré à la découverte du Panthéon où se trouve le tombeau de Simone Veil et d’autres figures illustres de l’histoire de France. Enfin, cette sortie s’est achevée au Mémorial de la Shoah, dirigé par Simone Veil de 2001 à 2007, qui a permis aux jeunes de réfléchir aux horreurs qui découlent d’une logique haineuse, barbare et discriminatoire. Chacun de ces trois lieux emblématiques a également permis de prendre conscience des modalités de fonctionnement d’une démocratie et des dérives qui peuvent la faire basculer dans un régime oppressif.


*Lien vers le programme de la journée.


rencontres avec femmes ukrainiennes *Un trajet matinal en train pour se rendre à Paris.


Ne pouvant prendre le train direct Saverne-Paris, qui n’était pas proposé aux groupes, nous avons dû faire une étape par Strasbourg. Les élèves étaient ravis de cette sortie et ont mis à profit ce trajet pour partager de bons moments d’amitié et de détente.

Photo N. 2 : Des élèves avec Mme Freys-Caroline à la gare de Strasbourg.


Photo N. 3 : Mme Cousandier et Mme Montembault sur le quai à Strasbourg.


Photo N. 4 : Dans le TGV nous emmenant vers Paris, les élèves profitent de ces temps agréables.


Les enseignantes accompagnatrices avaient constitué cinq sous-groupes, dont chacune était responsable, désignés chacun par une couleur, afin qu’aucun des élèves ne se perde dans les trames d’un métro bondé aux heures d’affluence. Ainsi, tous les élèves ont pu être conduits sans difficultés jusqu’à la station la plus proche de l’Assemblée Nationale. Nous avons marché le long du Quai d’Orsay, avec une merveilleuse vue sur la Seine.

Photo N. 5 : Emilien Demesy près du panneau indiquant le Quai d’Orsay.


Photo N. 6 : Un panneau de « diplomatie féministe » nous a donné envie de prendre une photo !


Une fois arrivés devant l’Assemblée Nationale (en travaux pour rénovation) nous avons attendu qu’un groupe qui était programmé avant nous soit entré. Nous avons souhaité immortaliser ce moment empli de joie grâce à la perspective de pénétrer dans ce bâtiment emblématique de notre démocratie.

Photo 7 : Tout le groupe devant l’Assemblée Nationale.

Photo 8 : Une œuvre dans les couloirs de l’Assemblée Nationale pour promouvoir les droits humains.


Four Corners *Découverte de l’Assemblée Nationale


Une fois passé le portique de sécurité, les élèves ont été très chaleureusement accueillis par le député M. Hetzel. Après avoir visionné un film explicatif sur les missions de l’Assemblée Nationale, les jeunes ont découvert les différents espaces du Palais Bourbon.


Photo 9 : Eléments d’explication présentés dans le film introductif.


Ils ont été conduits dans la somptueuse salle de réception, où le guide leur a expliqué l’histoire de l’édifice. La galerie des fêtes a été inaugurée en 1848, et elle est orné des peintures de François-Joseph Heim. Le Président de l’Assemblée Nationale traverse cette galerie pour se rendre à la Salle des Séances. Les élèves ont été éberlués par l’aspect grandiose de cette galerie.


Photo 10 : Notre guide nous explique que l’assemblée des députés a plusieurs fois changé de nom, mais qu’au-delà de ces changements d’appellation, l’Assemblée Nationale a conservé la même mission : voter les lois, afin de définir les droits et les devoirs de chaque citoyen.


Photo 11 : Les élèves sont admiratifs de la beauté des lieux.

 


Photo 12 : Impossible de résister à la tentation de faire un selfie dans cette galerie somptueuse.

 


Photo 13 :  M. Hetzel, ayant expliqué qu’il travaille actuellement pour la commission du budget, voici une capture d’écran lors du film qui montre les différentes commissions.


Nous avons été ensuite conduits à la Rotonde Alechensky, point de contact entre l’Hôtel de Lassay, la Galerie des Fêtes et le Palais-Bourbon. Depuis 1992, la Rotonde s’orne d’une fresque de Pierre Alechensky représentant les quatre éléments, illustrant une inscription du poète Jean Tardieu : « Les hommes cherchent la lumière dans un jardin fragile où frissonnent les couleurs ».


Photo N. 14 : Le guide nous explique que Pierre Alechensky est un peintre et graveur belge naturalisé français. Il est membre fondateur du groupe Cobra, son œuvre mêle l'expressionnisme au surréalisme.


Photo N. 15 : Le guide nous montre une plaque commémorative relative au fils du Général De gaulle, qui a notifié l’ordre de reddition aux soldats allemands retranchés au Palais Bourbon.


Dans la fameuse Salle des pas perdus, les élèves ont pu observer une monumentale statue de Minerve, ainsi qu’une allégorie de la paix, autant de symboles qui enseignent qu’un représentant du peuple doit faire preuve de sagesse et d’irénisme (=promouvoir la paix).


Photo N. 16 : Les élèves devant la statue de Minerve, déesse de la sagesse, donc de la philosophie.


Photo N. 17 : Les plafonds de cette salle, également appelée Salon de la Paix, sont l’œuvre du peintre Horace Vernet. Le Président de l’Assemblée ou l’un des six Vice-Présidents la traverse avant de présider une séance dans l’hémicycle.


Nous avons été ensuite conduits dans la salle des Quatre-Colonnes, où se trouve un buste d’Olympe de Gouges, première représentation d’une femme politique au Palais Bourbon. Cette salle doit son appellation à son architecture caractéristique et donne sur le jardin du même nom. C’est un lieu de rencontre entre députés et journalistes.


Photo N. 18 : Sous le buste d’Olympes de Gouges se trouve sa fameuse Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne, gravée sur la stèle.


Photo N. 19 : Près d’une statue représentant la République, se trouve une table de marbre sculptée où sont inscrits le nom des députés morts pour la France lors de la Seconde Guerre mondiale.


Photo N. 20 : M. Hetzel a indiqué le nom d’un député d’origine alsacienne : G. Mandel, mort pour la France lors du second conflit mondial.


Dans le Jardin des Quatre-Colonnes, une magnifique statue du philosophe Montesquieu était présente pour rappeler que la séparation des pouvoirs est un principe intangible dans une démocratie.


Photo N. 21 : Le guide explique que Montesquieu a écrit dans De l’Esprit des Lois (1748) qu’il faut que « par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir ».


Photo N. 22 : Sous la figure tutélaire de Montesquieu, le député et l’enseignante de philosophie.


Ensuite, les élèves ont été conduits dans les galeries du grand hémicycle. Construite entre 1829 et 1832 par Jules de Joly, l’actuelle Salle des séances a remplacé le premier hémicycle conçu pour le Conseil des Cinq-Cents. Le fauteuil du Président, décoré par François Lemot et Claude Michallon, date de cette époque.


Photo N. 23 : L’hémicycle en restauration.


Photo N. 24 : M. Hetzel a présenté son travail de député, qui peut se terminer parfois à des heures tardives. Il a également évoqué des temps forts qu’il a vécu en ces lieux.


Le guide a expliqué que le président des députés était seulement le « primus inter pares » (le premier entre les pairs) et que la lumière constante de la verrière symbolisait le fait qu’il n’y a pas d’heures pour servir la Nation.


Photo N. 25 : La verrière de l’hémicycle, un symbole de transparence et de constance.


Photo N. 26 : Mme Montembault et Mme Le Van, éblouies par les clartés symboliques du lieu.


Puis, ils ont été menés devant la bibliothèque de l’Assemblée Nationale qui contient des trésors, notamment les minutes du procès de Jeanne d’Arc, des manuscrits de Jean-Jacques Rousseau, ou le manuscrit autographe de la Marseillaise… Officiellement créée en 1796 par une loi, cette bibliothèque a été conçue par l’architecte Jules de Joly et décorée par Eugène Delacroix.


Photo N. 27 : La Bibliothèque de l’Assemblée Nationale, riche de 700 000 volumes, est célèbre pour ses plafonds peints par Eugène Delacroix entre 1838 et 1847.


Enfin, après que tout le groupe soit passé par la Salle des Conférences, lieu de lecture et de rencontre pour les députés, quatre élèves, Cécile Campisi, Laure Michel, Noé Vincent et Antoine Herr, ont eu le privilège de procéder à une interview, préparée avec Mme Le Van, où ils ont pu, dans le Salon Pujol, pendant plus d’une heure poser des questions au député sur des sujets de société.


Photo N. 28 : Le député M. Patrick Hetzel répond aux questions de Cécile Campisi et de Noé Vincent, deux élèves de TG1.


Photo N. 29 : Laure Michel et Antoine Herr, élèves en THLP, sont également apprentis journalistes lors de cette interview.


Lien vers l’interview du député M. Patrick Hetzel.


Cornélio Procópio *Clara Guenec : « Cher M. Hetzel, je tenais à vous remercier de nous avoir permis de visiter l’Assemblée nationale. Grâce à vous, toute la classe de THLP a pu profiter d’un très bon moment lors de cette journée, nous permettant ainsi de découvrir et de comprendre un peu mieux le fonctionnement d'un des lieux emblématiques de la démocratie française ».


*Antoine Chaumande : « Cher Monsieur Hetzel, au nom de toute la classe des TG1, je souhaitais vous remercier chaleureusement pour votre accueil au sein de l'Assemblée Nationale. C'était un plaisir de partager cette visite avec vous ».


*Cécile Campisi : « Cher M. Hetzel, cette matinée passée à l'Assemblée Nationale en votre compagnie fut une découverte incroyablement enrichissante. Visiter ces lieux où tant de personnalités ont pris la parole pour faire avancer la vie collective française, créant parfois des moments dont la portée est historique, a été une très belle opportunité. Je reste encore éblouie de la somptuosité des salons, de l'hémicycle, de la bibliothèque... Ce fut un instant inoubliable, empli de découvertes, d'anecdotes, d'émerveillement même, qui fait naître et renforce des vocations. Je vous remercie donc chaleureusement pour cette visite, ainsi que pour l’interview que vous nous avez donnée, et qui fut là aussi un enrichissement intellectuel certain ».


*Noé Vincent : « M. Hetzel, je tiens à vous remercier pour la visite de l'Assemblée Nationale que vous nous avez permise, et plus particulièrement, pour l'entretien que vous nous avez accordé à mes camarades et moi. Ce fut, pour nous, un grand moment de notre vie politique naissante, enrichissant nos pensées et opinions respectives. Plus particulièrement, c'est la modération humaniste de vos pensées qui m'a marqué, car issue d'un raisonnement plus juste et précis que les caricaturales simplicités des extrêmes. Merci pour cet instant inoubliable ».


Pendant le temps de l’interview, le reste du groupe s’est rendu en métro dans les magnifiques Jardins du Luxembourg, situés non loin du Panthéon, pour prendre son pique-nique. Les quatre élèves apprentis journalistes, avec Mme Le Van, après avoir vivement remercié le député pour sa généreuse disponibilité, ont rejoint leurs camarades devant le Panthéon pour la suite de cette journée palpitante.


*Parcours dans le Panthéon


Photo N. 30 : Après la pause méridienne, les élèves se sont rendus au Panthéon.


Photo N. 31 : Une photo de groupe sur les marches du Panthéon.


Mme Montembault a donné des éléments explicatifs sur l’histoire architecturale de l’édifice et sur sa portée symbolique. Voici ce que Marie Romburg, en TG1, a retenu de ces éclairages : « A l’origine, le Panthéon était destiné à être une église. Or, depuis la Révolution française, ce monument est consacré à honorer les grands personnages qui ont marqué l’Histoire de France, à l’exception des militaires (qui sont honorées aux Invalides). C’est en 1791 que l’idée de réunir les tombes des grands Hommes de France, dans un endroit qui leur est dédié, est née, et elle a été validée par un décret de l’Assemblée Nationale. Ce monument est un symbole fort de la République. Sur son fronton, on peut lire : « Aux grands Hommes, la patrie reconnaissante ». Cette nécropole abrite les dépouilles de personnalités éminentes, au nombre desquelles comptent notamment Simone Veil, Jean Moulin, Geneviève De Gaulle-Anthonioz, René Cassin... Ce lieu est un lieu de mémoire ».
Mme Cousandier leur a expliqué le fonctionnement du pendule de Foucault qui permet de mettre la rotation de la terre en évidence, puis a apporté des précisions sur le parcours de Marie Curie.


Photo N. 32 : Mme Cousandier explique que le pendule de Foucault est une preuve matérielle de la rotation de la terre et qu’il a été installé par son créateur en 1851 sur autorisation de Louis Napoléon Bonaparte.


Mme Le Van leur a présenté la statue représentant l’allégorie de la philosophie, avant de leur donner quelques explications devant les monuments funéraires des deux grands philosophes des Lumières que sont Voltaire et Rousseau.


Photo N. 33 : Le tombeau de Rousseau.


Mme Freys-Autret a particulièrement sensibilisé les élèves aux Justes parmi les Nations, puis aux grandes figures de la Résistance que sont Jean Moulin, mais aussi Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay, entrés le 27 mai 2015 au Panthéon. Impressionnés par les éminentes figures historiques qui reposent dans ces lieux, les élèves étaient silencieux, attentifs et conscients d’être dans un temple de la République française.


Photo N. 34 : Les explications lumineuses données par notre collègue historienne aux élèves.


Photo N. 35 : Une plaque mémorielle avec les noms de Simone et Antoine Veil gravés.


Photo N. 36 : Mme Marie-Laure Jundt et Mme Le Van après la visite du Panthéon.


*Visite guidée du Mémorial de la Shoah


Photo N. 37 : Sur le trajet vers le Mémorial de la Shoah.


Après avoir effectué le trajet à pied en passant par le boulevard Saint Michel, puis la Cathédrale Notre-Dame en reconstruction, les élèves avec leurs accompagnatrices se sont rendus au Mémorial de la Shoah pour une visite guidée poignante. Scindés en deux groupes, les jeunes ont été conduits près du monument au mort en forme d’étoile de David, qui permet de ne pas oublier les environ 6 millions de Juifs assassinés par la folie nazie.


Photo N. 38 : Le monument funéraire en forme d’étoile de David.


Lucas Steinmetz, TG1 : « Un lieu m’a interpellé plus que les autres, il s’agit de la crypte avec l’étoile de David qui symbolise les six millions de victimes de la Shoah, présentes par des cendres de cadavres récoltées dans les camps et de la terre provenant d’Israël sous la grande stèle noire sobrement décorée par des bougese. Ces bougies représentent l’espérance et la vie, malgré les crimes et la barbarie. Sur le mur du fond figure une citation biblique en hébreu que je trouve poignante : Regardez et voyez s’il est douleur pareille à ma douleur. Jeunes et vieux, nos filles et nos fils fauchés par le glaive ».


Ensuite, ils ont pu observer une maquette reconstituant le ghetto de Varsovie d’après les indications qu’en ont donné quelques survivants. Puis la guide leur a présenté des documents administratifs montrant comment la France vichyste a collaboré avec les nazis. Elle leur a expliqué qu’au départ, l’Allemagne voulait devenir « judenrein », libérée des Juifs, considérés comme vecteurs de tous les troubles (ils sont alors devenus des « boucs émissaires »), ce qui impliquait seulement des expulsions. Mais progressivement l’antisémitisme ambiant s’est transformé en haine féroce.


Photo N. 39 : La guide donne des éclairages aux élèves sur les dérives antisémites.


La Kristallnacht en 1938 est un pogrom contre les Juifs qui marque une accélération et une intensification dans les persécutions. Au départ, les camps de concentration n’étaient pas conçus pour être des camps d’extermination, ni des camps de mise à mort systématique. C’est la « Endlösung » (la solution finale), décidée lors de la Wannseekonferenz en 1942, qui va faire véritablement basculer le IIIème Reich dans une folie exterminatrice systématique. Elle évoque aussi les massacres perpétrés par les Einsatzgruppen lors de l’opération Barbarossa sur le front de l’Est, avant de sensibiliser les élèves au fait que de très nombreux enfants ont été déportés et sont morts dans l’Enfer nazi. Une salle couverte de photos de visages d’enfants, dont la plupart sont décédés dans les camps, a plongé les jeunes visiteurs dans un silence profond : ils auraient pu être à leur place...


Photo N. 40 : Les murs des noms, pierres mémorielles qui font prendre conscience de l’ampleur des crimes commis sous le IIIème Reich.


Enfin, un temps de recueillement a eu lieu près des murs mémoriels, où ces stèles couvertes de noms, avec l’indication des dates de naissance et de décès, donne le vertige par l’ampleur de la tuerie perpétrée lors de la Shoah. Les élèves ont pu ainsi concrètement mesurer l’importance du devoir de mémoire pour ne pas oublier les horreurs commises, pour que la Vernichtung voulue par les nazis (l’anéantissement) ne l’emporte pas, pour que les traces de toutes ces vies fauchées injustement soient conservées dans la mémoire collective.


Photo N. 41 : Le retour en train s’est parfaitement déroulé, les élèves ayant la tête emplie de découvertes, de réflexions et contents d’avoir pu découvrir certains trésors culturels de la capitale.


*Une sortie instructive et marquante


Tous les élèves, dans les travaux écrits qu’ils ont eu à réaliser à la suite de cette excursion à Paris pour leur enseignante de philosophie, déclarent combien ils ont apprécié les temps forts qui ont scandé la journée. Un tel périple leur ouvre des perspectives nouvelles sur l’histoire de France et de ses institutions, sur les événements européens lors de la Seconde Guerre mondiale, tout en suivant les pas de Simone Veil, femme de paix et grande Européenne, sur laquelle ils ont travaillé toute l’année dans le cadre de la préparation à la commémoration du centenaire de la SMLH. Engagée pour la promotion des droits fondamentaux, le devoir de mémoire, l’égalité entre les genres, et les valeurs républicaines, Simone Veil peut valoir comme véritable modèle pour la jeunesse.


Article DNA du 15. 05. 2022 : « Les lycéens à Paris sur les traces de Simone Veil ».